ramer

ramer

1. ramer [ rame ] v. intr. <conjug. : 1>
• 1213; lat. pop. °remare, de remus « rame »
1Manœuvrer les rames d'une embarcation. nager(mar.);aussi pagayer. Galériens condamnés à ramer. Ramer en couple, avec un aviron dans chaque main. Ramer avec un seul aviron tenu à deux mains, ou « tirer en pointe ». godiller.
Avancer avec les rames. Ils ramaient vers le rivage.
2Rare Mouvoir dans l'air ses ailes. 1. voler. (1869) Vol ramé, produit par le battement des ailes (opposé à vol plané)
3Fam. Se donner du mal, faire des efforts. galérer. Il a beaucoup ramé pour en arriver là.
⊗ HOM. Ramé, ramée. ramer 2. ramer [ rame ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1549; de 2. rame
Hortic. Soutenir (une plante grimpante) avec une rame. tuteurer. Ramer des pois. ramer 3. ramer [ rame ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1723; de 4. rame
Techn. Étirer (le tissu) sur une rame (4.) où il sèche.

ramer verbe intransitif (ancien français reim, du latin remus, rame) Manœuvrer les rames pour faire avancer une embarcation. Populaire. Avoir beaucoup de peine à faire quelque chose, se démener : Il rame pour gagner sa vie.ramer (homonymes) verbe intransitif (ancien français reim, du latin remus, rame) ramée nom fémininramer (synonymes) verbe intransitif (ancien français reim, du latin remus, rame) Manœuvrer les rames pour faire avancer une embarcation.
Synonymes :
ramer verbe transitif (de rame) Soutenir, à l'aide de rames, des plantes grimpantes cultivées. ● ramer verbe transitif (de rame) Passer un tissu dans une rame. ● ramer (homonymes) verbe transitif (de rame) ramée nom féminin

ramer
v. intr. Manoeuvrer les rames pour faire avancer une embarcation.
————————
ramer
v. tr. AGRIC Soutenir par une ou plusieurs rames (des plantes grimpantes). Syn. tuteurer.
Pp. adj. Pois ramés.

I.
⇒RAMER1, verbe trans.
[Le suj. désigne une pers.] Installer une rame (à une plante grimpante). Françoise, occupée à ramer des pois au fond du potager (BOSCO, Mas Théot., 1945, p. 123).
Empl. pronom. passif. Les choux ne se rament pas (LITTRÉ).
Expr. fig., fam. S'y entendre comme à ramer des choux. Ne rien comprendre à quelque chose; ne pas savoir faire quelque chose; entreprendre quelque chose de ridicule. (Dict. XIXe et XXe s.). [P. allus. à cette expr., avec une infl. possible de ramer2 (v. ce mot B 1), l'accent étant mis sur le ridicule] Et l'on voyait bien que vous faisiez des mouvements sous la table [pour attraper un soulier]; vos mains et vos bras en reproduisaient d'instinct le rythme sur la nappe: vous aviez l'air de ramer des choux (TOULET, Tendres mén., 1904, p. 175).
[En parlant d'une branche, d'une perche] À ramer (une plante grimpante). Qui sert de rame à cette plante. Fouillis desséché de perches à ramer les pois (PERGAUD, De Goupil, 1910, p. 92).
Part. passé en empl. adj. [En parlant d'une plante grimpante] Qui a une rame, qui est soutenu par une rame. Feuilles et pétales parfumés, Montent, montent les rosiers ramés (MORÉAS, Cantil., 1886, p. 227). Il ravage les planches de fèves et abat les pois ramés (PESQUIDOUX, Chez nous, 1921, p. 88).
REM. Rameur, subst. masc., plais. [Dans un cont. métaph.] Celui qui installe une rame (à une plante grimpante). Un travail de tuteur, de rameur de pois. On soutient la vie des autres: on ne vit pas (RENARD, Journal, 1906, p. 1064).
Prononc. et Orth.:[], (il) rame []. Homon. et homogr. ramer2, 3. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1326 poiz ramez (Doc. ds J. M. RICHARD, Cartulaire de l'hôpital St Jean en L'Estrée d'Arras, 133); 1640 il entend cela comme à ramer les choux « il n'y entend rien » (OUDIN); 1688 s'y entendre comme à ramer des choux (MIEGE). Dér. de rame1; dés. -er.
II.
⇒RAMER2, verbe
A. — Empl. intrans.
1. [Le suj. désigne une pers., parfois un de ses attributs] Manœuvrer une ou deux rames, agir sur une ou deux rames pour faire mouvoir un bateau. Ramer dans, sur une galère; se mettre, se remettre à ramer; cesser de ramer. Toutes les mains qui ne ramaient pas s'élevèrent vers le capitaine (HUGO, Travaill. mer, 1866, p. 209). Ces deux matelots ramaient d'une façon très lente et régulière (MAUPASS., Sur l'eau, 1888, p. 285).
Expr. fig. Ramer contre le(s) courant(s), à contre-courant. Aller contre les façons de faire, de penser du moment, de tout le monde. On avait l'habitude, au Désert, de voir Justin ramer contre les courants et les brises (DUHAMEL, Désert Bièvres, 1937, p. 199). C'est assez de la patience de quelques hommes obstinés qui rament à contre-courant pour tenir Machiavel en respect (MAURIAC, Cah. noir, 1943, p. 363).
Plus rare. [P. méton.; le suj. désigne un bateau] Se déplacer sous l'action des rames. Des canots armés ont entouré le vaisseau: ils ramaient au loin, écartant les curieux, même à coups de fusil (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 34).
2. P. anal.
a) Imiter le mouvement d'une rame qu'on manœuvre. Bras qui rame. Ses mains rament sous le lit à la recherche d'un pot qu'il sait absent (RENARD, Poil Carotte, 1894, p. 23). Le long triangle du phare de Colombo ramait dans la nuit (MALRAUX, Voie roy., 1930, p. 32).
b) [Le suj. désigne un oiseau] Voler avec un mouvement d'ailes rappelant celui des rames. Les uns y rament [dans l'air], comme le pigeon pesant; d'autres y volent par longs jets, comme la perdrix (BERN. DE ST-P., Harm. nat., 1814, p. 153).
c) [Le suj. désigne une pers. ou un animal] Ramer avec, de + compl. de moyen. Se déplacer à l'aide d'un élément fonctionnant comme une rame; faire un mouvement rappelant celui d'une rame à l'aide de quelque chose. C'était un aveugle (...) ramant dans l'espace autour de lui avec un bâton (HUGO, N.-D. Paris, 1832, p. 95). Seul, l'intrépide oiseau [le goëland], ramant énergiquement des deux ailes, résiste à l'ouragan, avance même par rudes secousses (COPPÉE, Franc-parler I, 1894, p. 270).
3. P. méton., pop., fam.
a) [Le suj. désigne une pers.] Travailler, se donner de la peine, se fatiguer:
Il a fallu quinze ans pour en arriver là — ou, plus exactement, l'on a « ramé » pendant quatorze ans et neuf mois (...) et, en trois mois, le nouveau Comité (...) trouve une solution à tous les problèmes.
L'Auto, 29 oct. 1933, p. 5 ds GRUBB Sports 1937, p. 60.
b) Expr. Ça rame. C'est difficile, ce n'est pas évident, cela se déroule mal. Ils se turent encore un moment et Mathieu pensa tristement: « Ça rame » (SARTRE, Âge de raison, 1945, p. 120).
B. — Empl. trans., gén. littér.
1. [Le compl. désigne un bateau] Le faire mouvoir au moyen des rames. À la forme passive. Polisson admirablement ramé par A (Le Sport, 1er sept. 1858 ds PETIOT 1982).
[Dans un cont. métaph.] Jusqu'au jour de misère Où, condamné, je sors Seul, ramer ma galère (CORBIÈRE, Am. jaunes, 1873, p. 145).
2. P. anal.
a) [Le compl. d'obj. dir. désigne une chose concr.] Ramer qqc. de + (compl. de moyen). Lui donner un mouvement de rame à l'aide de quelque chose. Et la jeune espérance au court manteau (...) Qui rame des deux mains la noble faux (PÉGUY, Quatrains, 1914, p. 529).
b) [Le compl. d'obj. dir. désigne l'élément environnant] L'agiter comme avec une ou plusieurs rames. Quelques gestes, parfois, qui mollement rament l'ombre lourde (GENEVOIX, Éparges, 1923, p. 166).
Ramer qqc. avec, de + (compl. de moyen). Les chats-huants s'éveillent, et sans bruit Rament l'air noir avec leurs ailes lourdes (VERLAINE, Poèmes saturn., 1866, p. 73). L'aveugle ramait doucement l'air de ses mains ouvertes (BERNANOS, Nuit, 1928, p. 36).
REM. 1. Ramant, -ante, adj., rare. Qui rame. Mais d'autres fois, c'est la mort grande et sa légende, Avec son aile (...) ramante (VERHAEREN, Villes tentac., 1895, p. 192). 2. Ramé, -ée, adj. Vol ramé. Vol d'oiseau rappelant le mouvement des rames. Dans leur vol ramé, les oiseaux battent l'air avec leurs ailes (DAVAU-COHEN 1972).
Prononc. et Orth.:[], (il) rame []. Homon. et homogr. ramer1, 3. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1213 « manœuvrer la rame, l'aviron » (Fet des romains, éd. Flutre et Sneyders de Vogel, 712, 28); 2. 1718 fig. « prendre beaucoup de peine » (Ac.); 3. 1765 « voler en battant des ailes (d'un oiseau) » (Encyclop.). Dér. de l'a. fr. raim, rain, reimes (fin XIe s., RASCHI, Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t. 1, p. 123), « rame de bateau », qui représente le lat. remus « rame ». Bbg. BRUCH (J.). Frz. vanneau, ramer. Z. fr. Spr. Lit. 1932, t. 56, pp. 355-359. — VIDOS 1939, p. 558, 559.
III.
⇒RAMER3, verbe trans.
INDUSTR. TEXT. Mettre (une pièce de tissu) sur une rame afin de la sécher, de la tendre et de lui donner des dimensions déterminées et régulières. À la forme passive. [Les tissus de coton] sont: (...) 2. — Ramés (BLANQUET, Technol. mét. habill., 1948, p. 35).
Prononc. et Orth.:[], (il) rame []. Homon. et homogr. ramer1, 2. Étymol. et Hist. 1723 (SAVARY d'apr. FEW t. 16, p. 235b). Dér. de rame4; dés. -er.
STAT.Ramer1 à 3. Fréq. abs. littér.:258. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 293, b) 324; XXe s.: a) 635, b) 288.
DÉR. Rameur, -euse, subst., industr. text. a) Ouvrier, ouvrière qui met une pièce de tissu sur une rame. (Ds Mét. 1955). b) Subst. fém. Synon. de rame4 et plus partic. de rame sans fin. (Ds D. DE PRAT, Aide-mémoire de l'industr. text. ds Dict. text. fr.-all.-angl., Paris-Liège, 1928, p. 337). [], fém. [-ø:z]. 1re attest. (1405 Arch. Fribourg, 1re Coll. de lois, n ° 145, f ° 35 v ° ds GDF.); de ramer3, suff. -eur2.

1. ramer [ʀame] v. intr.
ÉTYM. 1213; lat. pop. remare, de remus « rame ».
———
I
1 Agir sur les rames, les avirons, pour manœuvrer et mouvoir une embarcation. Nager (mar.); et aussi canoter, godiller, pagayer (→ Pagayeur, cit.). || Galériens condamnés à ramer (→ Bucentaure, cit.; fortune, cit. 17). || Ramer ou se servir de la gaffe (cit. 2). Ramer à outrance. Rame (faire force de). → Héler, cit. 1. — Ramer en couple, avec un aviron dans chaque main. || Ramer avec un seul aviron tenu à deux mains, se dit : « tirer en pointe ».
1 Le plus souvent il fallait ramer, et ramer aux heures de soleil (…) Tout flambait, tout miroitait (…) Et je ramais en fermant les yeux. Par moments, à la vigueur de mes efforts, à l'élan de l'eau sous ma barque, je me figurais que j'allais très vite (…)
Alphonse Daudet, Contes du lundi, « Le pape est mort. »
Par extension :
2 (Le cygne) glisse sur le bassin, comme un traineau blanc (…) Doucement, sur son léger coussin de plumes, le cygne rame et s'approche (…)
J. Renard, Histoires naturelles, « Le cygne ».
3 (…) parfois il se laissait enfoncer, il ramait doucement des jambes dans la profondeur (de l'eau) …
J. Giono, le Chant du monde, I, II.
2 Rare. Mouvoir dans l'air ses ailes. Voler.
3 Mouvoir ses bras largement étendus.
4 D'une façon un peu gauche, et cependant gracieuse. il ramait dans l'air, pour saisir une tunique oubliée sur une escabelle près de la muraille.
Flaubert, Trois contes, « Hérodias », II.
———
II Fam. (d'abord argotique). Travailler (dur). || On a ramé six mois là-dessus. Avoir de la peine, faire des efforts. || « Antoine doit longuement ramer pour qu'elle soit moins distante » (Actuel, févr. 1980, p. 39). || Ramer comme une bête, comme un fou.Sports. Subir une défaillance. || Coureur qui rame en côte.
DÉR. V. 1. Rame. — Rameur.
HOM. Ramée, 2. ramer, 3. ramer.
————————
2. ramer [ʀame] v. tr.
ÉTYM. 1549; de 2. rame.
1 Hortic. Soutenir (une plante grimpante) avec une rame. || Ramer des pois ( aussi Tuteurer).
2 (1688). Loc. fig. Vx. S'y entendre comme à ramer des choux : n'y rien connaître.
HOM. Ramée, 1. ramer, 3. ramer.
————————
3. ramer [ʀame] v. tr.
ÉTYM. 1723; de 3. rame.
Techn. Étirer (le tissu) sur une rame (3. Rame) où il sèche. || Ramer le drap. || Tissu ramé.
DÉR. 2. Ramage.
HOM. Ramée, 1. ramer, 2. ramer.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Поможем сделать НИР

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ramer — 1. (ra mé) v. n. 1°   Faire effort sur une rame pour mettre en mouvement une embarcation, un navire. •   Je voudrais bien savoir s il y a quelque astrologue qui eût pu dire en me voyant dans la rue Saint Denis, que je courrais bientôt fortune de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ramer — RAMÉR, Ă, rameri, e, s.m. şi f. Persoană (mai ales sportiv) care manevrează ramele unei ambarcaţii. – Din fr. rameur. Trimis de LauraGellner, 03.07.2004. Sursa: DEX 98  ramér s. m., pl. raméri Trimis de siveco, 10.08.2004. Sursa: Dicţionar… …   Dicționar Român

  • Ramer — Ramer, TN U.S. city in Tennessee Population (2000): 354 Housing Units (2000): 155 Land area (2000): 1.711403 sq. miles (4.432513 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 1.711403 sq. miles (4.432513 sq.… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Ramer, TN — U.S. city in Tennessee Population (2000): 354 Housing Units (2000): 155 Land area (2000): 1.711403 sq. miles (4.432513 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 1.711403 sq. miles (4.432513 sq. km) FIPS… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • ramer — I. Ramer. v. a. Soustenir des pois, du lin avec des rames. Il faut ramer ces pois. en ce pays là on rame le lin. On dit prov. d Un homme qui ne se connoist point à faire quelque chose, qu Il s y entend comme à ramer des choux. II. Ramer. v. n.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • RAMER — v. n. Tirer à la rame. Ce jeune mousse ne sait pas encore ramer. À force de ramer, la chaloupe rejoignit le vaisseau. RAMER, signifie, figurément et familièrement, Prendre bien de la peine, avoir beaucoup de fatigue. Il aura bien à ramer avant… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ramer — vt. , mettre des rames (aux petits pois, aux haricots) : RAMÂ (Albanais.001, Annecy.003, Samoëns.010, Saxel.002, Villards Thônes.028), ranmâ (Thônes) ; plantâ lou ran vi. (Cordon). A1) grimper, s enrouler autour des rames (ep. des petits pois,… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • RAMER — v. a. Soutenir avec des rames des pois ou quelque autre plante dont la tige a besoin d appui. Ramer des pois. Ramer des câpres, des capucines. Dans ce pays on rame le lin. Prov., Il s y entend comme à ramer des choux, se dit De quelqu un qui veut …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ramer — I. Ramer, tirer à l aviron, Remigare. II. Ramer des poix, Pisa ramalibus fulcire, vel suffulcire. III. Ramer, voyez Rame …   Thresor de la langue françoyse

  • RAMER — v. tr. Soutenir avec des rames des pois ou quelque autre plante grimpante. Ramer des pois, des capucines. Fig. et fam., Il s’y entend comme à ramer des choux, se dit de Quelqu’un qui veut faire une chose à laquelle il n’entend rien. Balles ramées …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”